retourIndex

 

Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est l’une des cent formes de rhumatismes inflammatoires chroniques regroupées sous l’appellation « arthrite ». Elle touche de 0,5 % à 1 % de la population occidentale, et deux fois plus souvent les femmes que les hommes. Bien que la polyarthrite rhumatoïde puisse apparaître à n'importe quel âge, les premiers symptômes surviennent en général entre 40 ans et 60 ans.

Pour la majorité des gens, la polyarthrite affecte d'abord les mains, les poignets et les petites articulations des pieds. Avec le temps, les épaules, les coudes, la nuque, les mâchoires, les hanches, les genoux et les chevilles peuvent subir le même sort. L’inflammation généralisée, lorsqu’elle n’est pas contrôlée par un traitement adéquat, affecte très souvent le système immunitaire, causant notamment de la fatigue et de l’anémie.

Une articulation atteinte par l’inflammation subit plusieurs changements. Cela débute par une inflammation chronique de la membrane synoviale, cette fine pellicule qui entoure les articulations (voir le schéma ci-dessus). Cette membrane s’épaissit, puis laisse entrer du liquide et certains éléments du sang dans l’articulation, ce qui explique l’enflure. Ensuite, l’inflammation endommage d’autres structures articulaires - le cartilage, la capsule, les tendons, les ligaments, les muscles et l'os -, causant des érosions de l’os et rendant l’articulation moins fonctionnelle, ou carrément non fonctionnelle.

 

 

 

Causes

Les causes de cette maladie ne sont pas encore connues. La polyarthrite rhumatoïde est considérée comme une maladie auto-immune, car des cellules du système immunitaire s'attaquent aux articulations, notamment en produisant des anticorps. Dans le cas de la polyarthrite, il est même question « d’auto-anticorps », car ceux-ci ne combattent pas des substances étrangères au corps (par exemple, un virus), mais plutôt le corps lui-même (ici, les articulations).

L'hypothèse la plus probable est qu'un ensemble de facteurs environnementaux, en particulier le tabagisme, génétiques et biologiques (comme une infection, des variations hormonales ou un épuisement du système immunitaire) soient en cause.

haut

Évolution

Dans la majorité des cas, la maladie s’installe insidieusement, de manière très graduelle, sur plusieurs semaines ou plusieurs mois. Cependant, il peut arriver que les symptômes surviennent soudainement ou encore qu’ils s’installent sous forme de « poussées » (de quelques jours ou quelques semaines) intercalées de périodes de rémissions plus ou moins longues, allant de quelques semaines à quelques années.

Chez environ le quart des personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde depuis moins de trois mois, la maladie se résorbe d’elle-même, de façon définitive ou, du moins, pour une période très prolongée. On ne comprend pas toujours la raison de cette rémission. Parfois, une infection virale ou des médicaments peuvent provoquer une seule ou quelques poussées d’arthrite sans plus.

Dès le début de la maladie, la présence de certains auto-anticorps dans le sang (tel le facteur rhumatoïde) indique généralement que la maladie s’est installée de façon chronique.

Conséquences

Lorsqu’elle n’est pas traitée adéquatement, la maladie peut entraîner une perte de la dextérité. De simples gestes, comme tourner une poignée de porte ou tenir un crayon, deviennent alors laborieux. Chez certaines personnes, la maladie devient si grave qu’elle les oblige à se déplacer en fauteuil roulant.

Heureusement, des traitements appropriés, adoptés dès les premiers stades de la maladie, permettent d’éviter l’invalidité. Aussi, en adoptant un mode de vie qui leur permet d’atténuer les douleurs, plusieurs personnes parviennent à avoir une bonne qualité de vie. À ce sujet, voyez notre fiche Arthrite.

Lorsqu’elle est mal contrôlée, l’arthrite peut contribuer à abréger l’espérance de vie de cinq à dix ans. En effet, un état d’inflammation chronique augmente le risque de troubles cardiovasculaires.

Des difformités aux articulations apparaissent souvent avec le temps. Par exemple, on dit des doigts qu’ils se déforment en « col de cygne » et les orteils, « en marteau ».

Symptômes

  • Une enflure à une ou plusieurs articulations.
  • Une raideur aux articulations le matin, qui persiste durant au moins une heure. Cette raideur survient aussi à d’autres moments de la journée, après une période d’inactivité prolongée.
  • Une douleur (ou une sensibilité) récurrente ou constante aux articulations atteintes.
  • De la difficulté à utiliser ou à mouvoir normalement les articulations.
  • Une chaleur et une rougeur à une ou plusieurs articulations.
  • Une fatigue, de la raideur et un endolorissement généralisés.
  • Une légère fièvre et des sueurs en période de crise.
  • De petites bosses dures (non douloureuses) peuvent se former sous la peau des genoux et des coudes.
  • Un sommeil perturbé.
  • Une perte de poids et d'appétit.
  • Une sécheresse des yeux et de la bouche .
  • Une dépression, causée par la douleur, la chronicité de la maladie et tous les changements de vie qu’elle impose.
 

Remarque
La polyarthrite rhumatoïde se manifeste souvent de façon symétrique, affectant les mêmes articulations des deux côtés du corps. Ce signe la distingue de
l'arthrose qui, elle, affecte habituellement les articulations d'un seul côté à la fois.

 

Personnes à risque

  • Les femmes. Elles sont deux fois plus affectées que les hommes.
  • Les personnes dont un membre de leur famille souffre de polyarthrite rhumatoïde.
  • Les personnes portant le gène HLA-DR4. Des particularités de ce gène ont été associées à une prédisposition à la polyarthrite rhumatoïde. Certains autres gènes pourraient aussi y prédisposer. Par ailleurs, d’autres gènes pourraient agir à titre de protecteurs. Des recherches sont en cours afin de les identifier.

 

 

 

Retour  

 

Pages trouvées

<META NAME='description' LANG='fr' CONTENT="Polyarthrite rhumatoïde; Termes médicaux - pathologie du corps humain.">
<META NAME='keywords' LANG='fr' CONTENT="La polyarthrite rhumatoïde est l’une des cent formes de rhumatismes inflammatoires chroniques regroupées sous l’appellation « arthrite »............... ...">
<META NAME='author' CONTENT="A. Masip ORTHOMA">
<META NAME='Identifier-URL' CONTENT="http://www.orthosante.ch/swissorthoma.ch/refMedicales/Polyarthrite_rhumatoide.htm">

dernière mise à jour :10/08/2008