retourIndex

l'Arthrite

Le terme arthrite (du grec arthron : articulation) désigne plus d’une centaine d’affections qui se caractérisent par de l’inflammation à une ou plusieurs articulations, et dont les causes sont diverses. Il peut s’agir d’une affection aiguë ou chronique. L'arthrose et la polyarthrite rhumatoïde sont les formes les plus communes d'arthrite.

Autrefois, on employait plutôt le mot rhumatismes (du latin rheumatismus, pour « écoulement d’humeurs ») pour désigner toutes ces affections qui s’accompagnent de douleurs aux articulations ou aux tissus avoisinants. Ce terme est maintenant jugé désuet par la Société d’arthrite du Canada.

La douleur, l'enflure, et parfois la rougeur et la chaleur aux articulations sont typiques de ces affections.

L'inflammation peut apparaître à la suite de chocs, de maladies, d'infections ou par simple usure naturelle, mais peut aussi être la conséquence d'une maladie auto-immune par laquelle le corps attaque ses propres tissus. Parfois, les articulations enflent sans raison apparente.

Formes d'arthrite

Les deux formes les plus communes :

  • L'arthrose. Aussi nommée ostéoarthrite, l'arthrose est la plus fréquente des arthrites; on dit qu'elle se forme « à l'usure ». L'apparition de petites excroissances osseuses la caractérise. Elle affecte surtout les articulations qui supportent une grande partie du poids corporel, comme celles des hanches et des genoux. L'arthrose est causée par un excès de poids ou l'utilisation répétée d'une articulation (par une occupation professionnelle ou un sport). Elle apparaît habituellement vers la quarantaine.
  • La polyarthrite rhumatoïde. La polyarthrite rhumatoïde provoque de l’inflammation dans tout le corps, ce qui la distingue de l'arthrose. Les articulations des mains, des poignets et des pieds sont souvent les premières touchées et deviennent difformes. Curieusement, ce type d'arthrite se manifeste dès le début de l'âge adulte. Bien que les scientifiques n'aient pas encore découvert sa cause, elle semble être d'origine auto-immune et influencée par le bagage génétique et les habitudes de vie, en particulier l'alimentation. 

Autres formes courantes d’arthrite :

  • l'arthrite infectieuse : elle peut survenir lorsqu'une infection atteint directement une articulation et engendre de l'inflammation;
  • l'arthrite réactive : cette forme d'arthrite apparaît aussi à la suite d'une infection, mais celle-ci se produit ailleurs dans le corps;
  • l'arthrite juvénile : une forme rare de polyarthrite rhumatoïde qui survient chez les enfants et les adolescents, et s'atténue souvent avec l'âge;
  • l'arthrite psoriasique : une forme d'arthrite qui s'accompagne de lésions de la peau typiques du psoriasis;
  • la bursite : une inflammation douloureuse des zones d'amortissement des articulations (les bourses séreuses) souvent causée par des pressions ou des frottements;
  • la goutte et la pseudogoutte : le dépôt de cristaux dans les articulations, sous forme d'acide urique en cas de goutte ou de phosphate de calcium en cas de pseudogoutte, engendre inflammation et douleur;
  • le lupus : il est considéré comme une forme d'arthrite puisqu'il s'agit d'une maladie inflammatoire chronique des tissus conjonctifs;
  • la polymyosite : une maladie rare qui cause de l'inflammation dans les muscles, qui perdent alors de leur force;
  • la sclérodermie : une maladie auto-immune chronique caractérisée par un durcissement de la peau, qui peut toucher les articulations et causer les symptômes typiques de l'arthrite;
  • la spondylarthrite ankylosante : une inflammation chronique des articulations des vertèbres du dos qui se développe progressivement et entraîne une raideur et une douleur au dos, au torse et aux hanches;
  • le syndrome de Sjögren : une maladie auto-immune grave qui cause une inflammation chronique des tissus conjonctifs et s'accompagne souvent de polyarthrite rhumatoïde, de lupus, de sclérodermie et de polymyosite;
  • la tendinite : une inflammation d'un tendon souvent provoquée par un traumatisme (étirement brusque, choc direct, défaut technique chez un sportif) qui cause des douleurs aux articulations.

D'autres maladies sont en lien avec différentes formes d'arthrite et se développent parfois en association avec elles, comme la fasciite plantaire, la fibromyalgie, la maladie de Lyme, la maladie osseuse de Paget, la maladie de Raynaud et le syndrome du canal carpien.

La plupart des maladies arthritiques sont chroniques. Certaines vont entraîner la détérioration de structures articulaires. En effet, la raideur diminue la mobilité de l'articulation et les muscles qui l'entourent s'atrophient, ce qui accélère la progression de la maladie. Avec le temps, le cartilage s'effrite, l'os s'use et l'articulation peut se déformer. Mais toutes les formes d’arthrite ne sont pas destructrices.

Symptômes

Les différentes formes d'arthrite ont leurs propres symptômes et leur propre évolution qui varient considérablement selon les individus.

Notons tout de même que l'enflure, la raideur, la douleur et la rougeur à une ou des articulations sont communes à tous les types d'arthrite. Généralement, la douleur et la raideur sont plus grandes le matin ou seulement certains jours.

Prévention

Actuellement, il serait illusoire d'espérer prévenir l’apparition de l'arthrite. Néanmoins, plusieurs personnes arthritiques sont parvenues à diminuer leurs souffrances en modifiant leurs habitudes de vie ou en ayant recours à divers praticiens de la santé (physiothérapeutes, ergothérapeutes, massothérapeutes, etc.).

 

La douleur arthritique

Qu'elle se manifeste de manière aiguë ou chronique, la douleur s'avère une dure réalité pour les personnes arthritiques : elles doivent d'abord apprendre à l'accepter pour ensuite tenter de la contrôler le mieux possible. Son intensité varie en fonction de l'alternance des poussées d'arthrite et des rémissions, et peut affecter gravement la qualité de vie (jusqu'à exiger des arrêts de travail et des limitations dans les activités).

 

On ne comprend pas encore tous les mécanismes biologiques impliqués dans la genèse de la douleur arthritique. Tout de même, il semble que l'appauvrissement des tissus en oxygène joue un rôle de premier plan. Ce manque d'oxygène est lui-même causé par l'inflammation dans les articulations et les tensions dans les muscles. C'est pourquoi tous les moyens qui aident à détendre les muscles ou qui favorisent la circulation sanguine dans les articulations soulagent la douleur. Par ailleurs, la fatigue, l'anxiété, le stress et la dépression affectent négativement la perception de la douleur.

 

Voici divers moyens d'atténuer la douleur et la raideur, du moins temporairement.

Le repos, la relaxation et le sommeil

La première arme contre la douleur arthritique serait le repos, surtout pour les personnes chez qui le stress, l'anxiété et la fatigue nerveuse sont très présents. Des exercices respiratoires, des techniques mentales de relaxation et la méditation sont autant de manières d'aider l'organisme à atteindre la détente. (Pour plus d’information à ce sujet, consulter notre dossier Le stress et l’anxiété). Par ailleurs, les National Institutes of Health des États-Unis recommandent de profiter de nuits de sommeil d'une durée d'au moins huit à dix heures pour aider à minimiser les douleurs.

L'exercice : essentiel

Selon les National Institutes of Health, les personnes arthritiques doivent faire de l'exercice afin de préserver la mobilité des articulations et de maintenir la masse musculaire3. L'exercice a aussi un effet analgésique puisqu'il entraîne la libération d'endorphines dans l'organisme. Toutefois, il est important de viser l'équilibre entre les périodes de repos et d'activité, en « écoutant » son corps. La fatigue et la douleur sont de bons indicateurs. Lorsqu'ils se manifestent, mieux vaut prendre le temps de relaxer. Par contre, trop de repos peut causer une raideur aux articulations et aux muscles. L'objectif à atteindre est donc un certain équilibre entre les périodes d'activité et de détente, lequel sera propre à chacun.

Plusieurs exercices sont possibles, on doit choisir ceux qui nous conviennent, en y allant de manière progressive. Au besoin, on peut avoir recours à la supervision d'un ergothérapeute ou d'un physiothérapeute. Les mouvements doivent être réguliers, souples et lents. Pratiqués en eau chaude, les exercices entraînent moins de stress sur les jointures. Il est suggéré de combiner différents types d'exercices pour profiter des avantages de chacun :

  • les exercices d'amplitude des mouvements (les étirements, la danse) aident à maintenir la motricité et la flexibilité des articulations, tout en diminuant les raideurs;
  • les exercices de musculation servent à conserver ou développer la musculature, nécessaire pour supporter les articulations affectées par la maladie;
  • les exercices d'endurance (la marche, la bicyclette, la natation) améliorent la condition cardiovasculaire, augmentent le bien-être et permettent le contrôle du poids. L’excès de poids pèse sur les articulations et les rend plus douloureuses.

La Société d'arthrite du Canada, un organisme sans but lucratif voué au mieux-être des personnes atteintes d'arthrite, propose divers exercices (voir la section Sites d’intérêt), notamment le tai-chi et l'antigymnastique.

N.B. Attention aux excès. Si une douleur persiste plus d'une heure après l'exercice, mieux vaut en parler à son physiothérapeute et réduire l'intensité des efforts. Aussi, une fatigue inhabituelle, une enflure aux articulations ou une perte de flexibilité sont des signes que les exercices ne conviennent pas et doivent être modifiés.

haut

 

 

 

 

 

 

l'arthrite psoriasique : une forme d'arthrite qui s'accompagne de lésions de la peau typiques du psoriasis; (Retour)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour | Haut de page

Dernière mise à jour. 2010/05/11

Mod°9